LogoLinks Link zur Homepage
 Home | Contact |  
 | 
 | 
E-Mail
  
Publications anthrop.
Autres Publications
Film
Liens et adresses
Citations
Informations
Contact et impressum

Un ange passé trop vite

Un Film de Nasser Bakhti

2008, Johann 22 ans, tombe dans l’Arve et disparaît. Pour Lucie et Gérald, les parents, le deuil semble impossible tant l’épreuve est contre-nature.
Comment expliquer l’injustice de perdre l’être que l’on a mis au monde?
Le film dresse le portrait d’un couple qui se retrouve face à cette réalité brutale et, de là, propose une exploration sur le chemin escarpé du deuil, avec aussi les témoignes d’autres parents. Il aborde aussi l’amour fidèle, intemporel et primordial que vouent les parents à leur enfant. Un amour exacerbé, car vécu en creux, après la disparition de leur enfant.
Le film invite à penser la vie et la mort autrement, pour mieux comprendre certaines réactions humaines, et mieux aborder des situations de vie auxquelles nous pourrions tous être confrontés un jour, car cela n’arrive pas qu’aux autres.
Nous abordons le thème de la mort en célébrant la vie. Le film permet d’ouvrir le débat sur ce thème si délicat et nous fait découvrir grâce à la confiance des protagonistes, un univers intime et un vécu dont on parle très rarement dans notre société.    
www.un-ange-passe-le-film
www.cineman.ch  Un ange passe trop vite

Haut de page

D’une rive à l’autre

film d’Aline Brechbühl
À la maison de soins palliatifs de Rive-Neuve, des instants de vie touchants où l’on regarde la mort en face avec beaucoup d’humanité. Il est des moments que nous redoutons tous d’affronter. Ce sont ceux où la ? n se fait plus imminente, la nôtre ou celle d’un proche.
(2009, 53?)
Commander le DVD

Fondation Rive-Neuve
soins-palliatifs-vaud

Haut de page

Rive-Neuve, la nuit

film d’Aline Brechbühl
Deux veilleurs prennent le relais de l’équipe de jour. Informés de l’état de chacun, ils vont de patient en patient, prodiguant des soins avec douceur, soucieux de privilégier le confort et le dialogue, de créer des moments de chaude humanité à l’heure où les angoisses, les questions et les douleurs se font plus pressantes.

C’est par exemple permettre à un patient d’écrire ce qu’il ne peut plus prononcer, à un autre de dire comment il envisage la mort, à un autre encore de réfléchir au pardon qu’il souhaite donner ou recevoir, ou de confier quelle attitude des siens lui complique la tâche, si difficile déjà, de les quitter. L’accompagnement aux mourants se nourrit souvent de gestes communs, prodigués dans un cadre très ordinaire. Ici, on a toute la nuit.
1998, 60?
Commander le DVD

Haut de page

spacer

Haut de page

 

Forum für Sterbekultur | 26.05.19